N'HÉSITEZ PAS À NOUS JOINDRE PAR COURRIEL OU PAR TÉLÉPHONE :

Tél : 450 699-3874

info@jacqueslazure.com

© 2018 par Jacques Lazure. Créé avec Wix.com / par artlequin.com

VOUS POUVEZ ÉGALEMENT NOUS JOINDRE VIA LE FORMULAIRE CI-DESSOUS : 

INSPIRER

Ma petite lumière intérieure

 

  • Ma petite lumière intérieure, celle de l’inspiration, ne s’allume jamais toute seule. Il me faut, avant, tirer sur la chaînette, comme pour toutes les ampoules.
     

  • Cette chaînette n’est pas à l’intérieur de moi, mais à l’extérieur. Je suis entièrement d’accord avec Michel Tournier lorsqu’il écrit : « C’est en ouvrant ma fenêtre ou en passant ma porte que je trouve l’inspiration. La réalité dépasse infiniment les ressources de mon imagination et ne cesse de me combler d’étonnement et d’admiration. »
     

  • Sources d’inspiration : observation des gens dans un lieu public, conversations décousues, relents d’un mauvais rêve, faits divers dans les journaux, vagabondage sur Internet, les grandes oeuvres des grands artistes, les petites oeuvres des petits artistes et, entre les deux, ce que les uns et les autres n’ont pas montré.
     

  • Livres inépuisables pour l’inspiration : les dictionnaires de toutes sortes, les encyclopédies, les anthologies, les chroniques de l’humanité, les livres inutiles ou oubliés, les bandes dessinées.
     

  • Lieux inépuisables pour l’inspiration : la Grande Bibliothèque, le CHUM, les églises, les cimetières, les musées, la rue.
     

  • Objets inépuisables pour l’inspiration : les masques, les rails de chemins de fer, les tableaux abstraits, les vinyles.

 

Devise : elle s'inspire de Jacques Brel et de Louis Jouvet : « La créativité, c’est 10% d’inspiration et 90% de sueur. »

En fait, vous l’aurez compris, je ne crois pas beaucoup à l’inspiration. Le grand « flash », comme on se l’imagine, celui qui nous fera écrire, écrire et encore écrire, celui qu’on voit au cinéma (accompagné du cliché de l’auteur tourmenté par son imaginaire) n’est pas conforme à la réalité. Le « flash » s’étiole vite si on ne l’alimente pas par des corrections, des ratures, des versions, bref par du travail, du travail et encore du travail.